Rio Tinto

A propos de QMM

 

QIT Madagascar Minerals (QMM)

 

QIT Madagascar Minerals (QMM), détenue à hauteur de 80% par Rio Tinto et de 20% par l’Etat malgache, a mis en chantier une opération d’extraction de sables minéralisés près de Fort Dauphin à l’extrémité sud-est de Madagascar. Au cours des 40 années à venir, QMM prévoit extraire de l'ilménite et du zircon à partir des sables minéraux lourds sur une zone d'environ 6000 hectares le long de la côte.


Visionner la carte en plus grand

QMM a commencé à explorer la région d'Anosy vers la fin des années 80 et en même temps à entamer des études sociales et environnementales préliminaires. Au milieu des années 90, QMM a mis en place un programme social et environnemental permanent.

Une Convention d’Etablissement, servant de cadre légal et fiscal des opérations, a été conclue en 1998 entre QMM et l’Etat malgache. Celle-ci a été ratifiée par l'Assemblée nationale malgache et promulguée par le Président de Madagascar. 

QMM a réalisé une Etude d'Impact Social et Environnemental (EISE) formelle entre 1998 et 2001. Le Gouvernement a octroyé un permis environnemental en 2001. 

Le projet minier a obtenu la décision d’investissement de Rio Tinto en août 2005. La construction a démarré en janvier 2006 et en mai 2009, la première expédition d'ilménite a été acheminée du port d’Ehoala, nouvellement construit au sud-ouest de Fort Dauphin. 

Le coût total de l'investissement à Madagascar et au Canada pour achever le projet est de 1,1 milliard de dollars US, avec environ 940 millions de dollars US investis à Madagascar. 

L'activité minière actuelle est localisée au site de Mandena sur 2000 ha, au nord du Fort Dauphin. La production de ce site augmentera pour atteindre éventuellement 750.000 tonnes par an. Les phases ultérieures se dérouleront à Sainte Luce et Petriky et la possibilité existe d’augmenter la production à 2.2 millions de tonnes par an. 

Les activités principales liées à l’exploitation minière des sables minéraux de QMM sont : 

  • Enlèvement de la couverture végétale et stockage de la couche d'humus le cas échéant ; 
  • Extraction du sable, jusqu'à 20 mètres de profondeur, à l'aide d'une drague flottante ; 
  • Séparation mécanique des minerais lourds (5%) au moyen de spirales, et le sable siliceux résiduel (95%) sera retourné dans le gisement en vue des opérations de réhabilitation futures; 
  • Séparation de l'ilménite et du zircon des autres minerais lourds en utilisant des procédés magnétiques et électrostatiques ; 
  • Réhabilitation des secteurs d’extraction ; 
  • Acheminement par camion de l'ilménite et du zircon sur environ 15 km par une nouvelle route de desserte vers le port, en vue de l'exportation du produit. 

L'ilménite extraite à Madagascar a une teneur en bioxyde de titane de 60%, ce qui lui confère une qualité supérieure à celle de la plupart des autres gisements dans le monde.

La matière première sera enrichie pour produire de nouvelles scories à 90% de chlorure de bioxyde de titane destinées aux marchés globaux de matières premières de titane pour être vendues comme matière de base aux producteurs de pigment de titane. Le pigment confère une couleur de finition blanche aux peintures, plastiques, papiers et teintures.